Et si la pub disparaissait du web ?

Une critique souvent faite aux personnes bloquant la publicité est qu’ils « tuent » des sites web et des projets. Il est indéniable qu’une partie du web disparaîtrait sans publicité, mais est-ce qu’ils tuent le web qu’ils utilisent quotidiennement ou uniquement celui sur lequel ils tombent malencontreusement ?
L’objectif de cet article est d’analyser les conséquences qu’aurait un web sans pub sur le petit morceau du web que je consulte régulièrement et de partager le protocole pour que vous puissiez également faire votre propre analyse.

Pour ce faire je vais utiliser les sites web contenu dans mon agrégateur de flux RSS. En effet ils représentent la majeure partie de ma consultation du web. Le reste est partagé entre quelques agrégateurs de liens tels que le journal du hacker et divers sites rencontrés via des moteurs de recherche. Analyser ces derniers est plus compliqué même si probablement possible avec l’historique.

Cet article n’a pas la prétention de donner des résultats généralisables. Avec vos données vous pouvez avoir d’autres résultats et des conclusions tout à fait différentes et je suis très curieux de les connaître, n’hésitez donc pas à me communiquer vos analyses 😉

Protocole

Pour chaque site suivi je suis allé sur le lien est j’ai cherché s’il y avait des publicités (les articles sponsorisés comptant comme de la pub), s’il y avait un financement participatif (dons, patreon, flattr…), s’il y avait de la promotion professionnelle (vente de services ou de biens). J’ai également cherché à savoir si le site web était personnel, associatif (association de fait) ou professionnelle. Si le contenu n’est pas auto-hébergé ou sur un serveur loué alors j’ai noté la plateforme/le service (Overblog par exemple). Le type de contenu est également pris en compte (texte, image, audio, vidéo) ainsi que sa nature (divertissement, partage de connaissance, opinion).

Pour les vidéos et l’audio lorsque qu’un service est utilisé alors seul la publicité dans le média est prise en compte, car on peut déterminer la volonté de l’auteur de cette façon. Avec Youtube le créateur choisit s’il y a de la publicité dans ses vidéos. Pour les podcasts audio, en général, c’est  de l’affiliation « artisanale », les présentateurs ayant enregistré les spots eux-mêmes et les ajoute directement dans le fichier audio.

Les diverses informations récoltées sur chaque site web va permettre d’avoir un aperçu des facteurs corrélés avec la publicité.

Les données et leur analyse

La première bonne surprise est que la publicité est présente dans uniquement 88 des médias sur les 223 analysés soit moins de 40% des médias présents.
Afin de pouvoir comprendre les données clairement j’ai utilisé Weka.

Weka permet de visualiser les données et d’appliquer des algorithmes de classification.

annoted

Screenshot annoté de la visualisation des données dans Weka. Le rouge représente la présence de publicité, le bleu son absence.

À partir d’une simple visualisation du jeu de données on peut déjà noter diverses corrélations intéressantes entre la publicité et :
– Lorsque le créateur cherche à vivre de sa création.
– Avec le divertissement.
– Les services web notamment wordpress.com et Youtube.

J’ai appliqué un algorithme de création d’arbre de décision sur mes données pour avoir une meilleure idée des facteurs discriminant. Le premier arbre est sur tous les attributs du screenshot :

La plateforme est très déterminante pour l’existence de la publicité, cela se comprend très bien via le « business model » de ces services. Vous avez le choix entre gratuit avec de la pub ou payant et sans pub et pouvez changer à tout moment. On peut également observer que sans plateforme 86 sites sur 104 n’ont pas de pubs (plus de 80%) et pour ces derniers la publicité est plus présente sur les sites à objectif professionnel.
Le second arbre porte sur tous les attributs sauf « categorie » qui représente uniquement un nom attribué dans mes flux et les « plateforme » :

Sur ce second arbre on peut observer que le facteur le plus discriminant, si on exclue la plateforme, est le média utilisé. Cependant, la vidéo représente uniquement Youtube. Ensuite, vient la nature de l’entité derrière le site : les professionnels mettent plus de pubs que les individus, qui en mettent plus que les associations.

Quel impact si la pub disparaît ?

Le pire des cas

Le pire scénario envisagé est :
– Tout le contenu avec de la publicité disparaît.
– Toutes les vidéos disparaissent. La vidéo demande plus de ressources serveur que les autres médias.
– Tout l’audio hébergé sur une plate-forme (podbean, podomatic, soundcloud) disparaît. L’audio coûtant légèrement plus cher que du texte ou des images, ce coût pourrait ne pas être absorbé par les créateurs.

Dans ce cas il reste 120 sites web sur 223 soit plus de 50% du nombre initial.

Le cas réaliste

Trouver un scénario réaliste est très difficile, j’ai donc arbitrairement choisit que :
– Tout média sans pub reste disponible (sauf pour les chaînes Youtube).
– La moité des chaînes Youtube sans pub reste disponible.
– La moitié des médias avec pub, mais avec un financement complémentaire restent en ligne.

On a donc 125 + 10/2 + 48/2 = 154 sites toujours actifs soit ~ 70% du nombre initial.

Le cas optimiste

Dans le meilleur des mondes :
– Tout média sans pub reste disponible.
– Tout média avec pub et un financement complémentaire reste en ligne.

Soit 135 + 48 = 183 sites en lignes ce qui représente plus de 80 % de jeu de données.

Et s’il ne reste plus que la moitié du web ?

Parmi mes consultations sur le web seules 40% se font sur des sites avec de la publicité. Avec un bloqueur de pub je nuis à leur revenu, si tout le monde fait pareil alors dans le pire des cas 50% du petit morceau de web sur lequel je navigue va disparaître.
Quel impact cette disparition aurait pour moi ?
Bien sûr tous ces sites sont de qualité et m’apportent quelque chose. Cependant, le contenu de la plupart de ces médias est également ailleurs sur le web, sous une autre forme, avec des explications/des blagues peut être moins bonnes, mais tout de même présent. L’impact le plus important serait sur quelques sites de niches sans équivalent, mais ceci abordent des sujets que je suis plus par curiosité qu’autre chose.

De plus, c’est à mettre en perspective avec ce que je qualifiais « d’effet Facebook ». J’ai l’impression que depuis l’arrivée de certains réseaux sociaux d’anciennes communautés existantes autour de sujets de niche ont migré des blogs et forums vers les réseaux sociaux pour totalement disparaître du web public. Qu’est-ce que 50% de disparitions de sites web pour une forme de qualité permettant de se concentrer sur le contenu sans être dérangé par le dernier slogan d’une marque quelconque face à la migration de communautés entières dans un environnement fermé ?Et si, sans publicité, Facebook&Co meurent et ces communautés sont de retour sur le web ?

Et si la pub disparaissait du web ? par La Réponse est 42 est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Partage à l'identique 4.0.

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Vassili dit :

    « Et si sans publicité Facebook&Co meurent et ces communautés sont de retour sur le web ? »
    D’un coté j’avais envie de dire +1, mais finalement, non; mon avis est que ceux qui sont allés sur Facebook&co ne méritent pas de survivre.

  2. -Fred- dit :

    Il faudrait que quelque chose de fort se passe pour que la pub disparaisse du web. Soit une alternative viable pour ceux qui voudraient s’y faire de l’argent, soit un désintérêt pour le web de ceux qui pourraient s’y faire de l’argent. J’ai du mal à imaginer l’une ou l’autre de ces alternatives et je n’en vois pas d’autres comme ça. Quoi que, si un autre média vient progressivement à remplacer le web, pourquoi pas. Si cette alternative venait à exister et à se populariser, ce serait peut être la fin du web grand public.

    Je pense que la pub et les gros réseaux sociaux populaires sont indissociables de l’utilisation du web par le grand public. Imaginer le web sans pub, sans Facebook ou autres, c’est probablement admettre que le web que nous connaissons n’est plus et que la masse de ses utilisateurs est passé sur autre chose

    Le retour arrière ne me semble pas possible. Personne ne reviendra, je pense, sur les blogs comme il y a 10 ans. L’utilisateur lambda va à la facilité. Les premiers CMS de blog populaires étaient en leur temps déjà des solutions de facilité par rapport aux pages web perso classiques codées avec amour. Dans mon souvenir, les blogs ont amené de nouveaux utilisateurs au web, un peu comme les réseaux sociaux qui se sont popularisés plus tard. Je ne pense pas que ceux qui ont attendu Facebook pour aller sur le web iraient vers les blogs si on leur enlevait Facebook. Ils partiraient plutôt pour quelque chose d’encore plus simple.

    • Astyan dit :

      Effectivement la pub ne va pas disparaitre toute seule. J’aborde le cas ou les bloqueurs de pub ce généralisent encore plus au point que la publicité soit inefficace pour gagner de l’argent.

      Le gros de l’article se concentre sur combien de sites web résisterait à l’impossibilité de gagner de l’argent via de la pub.

      L’ouverture se veut optimiste et il est fort possible que tu es raison sur l’impossible retour en arrière. Et je pense qu’ils iront également vers la facilité. Si cela arrivait j’espère juste que cette solution de facilité sera ouverte vers l’extérieur 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *