Y a-t-il eu des dinosaures intelligents ?

L’espèce humaine est peut-être la seule espèce sur terre voire dans l’univers ayant créé des outils et les utilisant. Cette unique occurrence parait extrêmement surprenante. L’objet de cet article est de donner des axes de réflexion ainsi que des informations autour de cette question.
Cet article est hautement spéculatif. N’hésitez pas à me signaler des problèmes ou de proposer des améliorations.

Quelles sont les raisons pour se poser cette question ?

L’intelligence chez le genre aviaire

Une nouvelle technique du comptage de neurone a permis de démontrer que les oiseaux ont des cerveaux beaucoup plus denses en neurones que les mammifères. Pour se donner un ordre de grandeur un ara a un nombre de neurones très proche d’un cheval et mes petites perruches ondulées ont un nombre de neurones équivalent à celui d’un chien. Avant cette technique de comptage les kéas et les corbeaux avaient déjà montré leur capacité à résoudre des problèmes.

La nouvelle technique de comptage a également révélé que les grands singes ont des neurones plus petits que le reste des mammifères. Cette particularité permet d’expliquer, au moins en partie, l’intelligence de l’être humain.

L’intelligence chez les dinosaures non-aviaires

Il est alors légitime de se poser la question : est-ce que les dinosaures partageaient cette caractéristique avec les oiseaux actuels ? Cette question est, à ma connaissance, sans réponse.

Cependant, la récente découverte d’un cerveau de dinosaure fossilisé pourrait nous pousser à réestimer l’intelligence des dinosaures non-aviaires à la hausse. Ces animaux éteints avaient une intelligence estimée entre celle d’un reptile et celle d’un oiseau. Cela est principalement dû à l’estimation du ratio de l’espace occupé par le cerveau dans la boite crânienne, mais le fossile découvert pourrait indiquer un ratio supérieur à ceux estimés actuellement.

La taille du cerveau ainsi que le nombre de neurones ne sont pas les seuls critères déterminants l’intelligence. L’un de ceux n’ayant pas été abordés est la répartition des neurones. Le cortex préfrontal (chez les mammifères) et le nidopallium (chez les oiseaux), tous deux situés dans le télencéphale sont responsables de l’intelligence. Or chez les dinosaures la taille relative du télencéphale (cerebrum en anglais) est inférieure à celle des oiseaux modernes.

D’autres caractéristiques nécessaires pour qu’une espèce forme une société « paléolithique »

Nos cousins les chimpanzés passent 8 heures par jour à chercher de la nourriture et à la manger immédiatement. Avec si peu de temps libre il n’est pas aisé d’expérimenter et de créer des outils. Pour cette raison il est fort probable que des facteurs ayant énormément influencés l’évolution de l’espèce humaine soient la chasse, le découpage de la nourriture en morceaux ainsi que la maîtrise du feu pour la cuisson.
La chasse permettrait l’accès à une nourriture plus riche et le découpage ainsi que la cuisson permettrait une digestion plus efficace et donc un surplus d’énergie qui pourrait faciliter, au fil de l’évolution, l’augmentation du volume cérébral de l’espèce. Ce surplus d’énergie pourrait aussi être utilisé par les individus pour s’offrir du temps libre qui conduirait à la création de nouveau d’outils.

Bien sûr il n’y a aucune preuve qu’une quelconque espèce de dinosaure ait eu la maîtrise du feu. Cependant, certaines caractéristiques physiques ont probablement une influence sur la chance qu’une espèce se mette à créer et à utiliser des outils :
– l’intelligence en fait évidemment partie, mais ce sujet a déjà été couvert.
– la bipédie semble également avoir une importance pour la capacité à développer une boite crânienne plus grande et libérer les membres antérieurs qui peuvent ainsi servir à manipuler l’environnement. Beaucoup d’espèces de dinosaures étaient bipèdes.
– la possession de doigts opposables qui permettent de saisir facilement des objets et de les manipuler. Certaines espèces en avaient.

Existe-t-il des preuves qui nous permettrait de savoir s’il y a eu des dinosaures « intelligents » ?

J’ai pas mal cherché et je n’ai pas trouvé d’information fiable autour de ce sujet. Mise à part le concept d’anthropocène, sur lequel il n’y a pas de consensus, je n’ai rien trouvé dans la littérature scientifique.

L’anthropocène serait une ère géologique dans laquelle l’impact géologique de la civilisation humaine (ou possiblement une autre civilisation avancée) est suffisamment fort pour que celui-ci soit reconnaissable dans une strate. Indépendamment de la véracité de ce concept il est sans doute possible qu’une civilisation planétaire, avec une économie tournée vers la production de biens, laisserait des traces reconnaissables.

Concernant l’équivalent des traces d’outils comme ceux du paléolithique. Aucune information trouvée sur internet n’est exploitable. Désirant avoir une réponse, même incertaine, j’ai posé la question à une archéologue en devenir : « Un outil en silex a une extrêmement bonne conservation, car la roche se conserve quoiqu’il arrive… Ce qui n’est pas le cas pour des objets en bois ou en tissus, par exemple. ». Quant au fait de pouvoir déterminer si un morceau de silex a été manufacturé ou est le produit de phénomènes naturels après 100 millions d’années : « Oui, toujours (enfin je pense) ! On reconnaît les traces des outils utilisés pour fabriquer les silex, puis ils ont une forme particulière. »

Pourquoi chercher à répondre à cette question ?

Dans les deux cas aucune preuve n’existe, mais derrière cette question loufoque se cache, quelle que soit la réponse, des implications intéressantes.

Si la réponse est non et si les humains et une espèce de dinosaure partageaient bien les caractéristiques proposées, alors il faudra chercher s’il y a d’autres caractéristiques uniques à l’humain, ou encore, déterminer quels facteurs environnementaux ont contribué à notre développement ou ont été néfastes au développement de notre dinosaure hypothétique.

Si la réponse est oui, alors cela signifie que l’apparition d’une vie intelligente n’est sûrement pas un évènement extrêmement rare. Et cela peut servir d’indication pour déterminer s’il est probable que nous soyons seuls dans l’univers. En effet, si l’on trouve des traces de vie, même éteinte, sur Mars ou Encelade alors l’apparition de la vie n’est pas rare. Il restera alors à vérifier que le passage de la vie unicellulaire à une vie pluricellulaire (chose qui pourrait nécessiter une sorte d’ingestion puis symbiose entre deux organismes monocellulaires) est également un évènement ayant lieu plus d’une fois. Cependant, rien qu’avec l’apparition multiple de vie intelligente sur terre, on est capable d’estimer avec plus de précision un facteur de la formule de Drake.

Y a-t-il eu des dinosaures intelligents ? par La Réponse est 42 est sous Licence Creative Commons Internationale Attribution-Partage à l'identique 4.0.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *